Le cartel institutionnel ou l’art de se hedger

Remontons fin 2016 – début 2017.

Les institutionnels malgré ce que l’on pourrait penser sont pour la plupart présent officieusement depuis les débuts il y a 10 ans.

Comme pour la bulle internet des années 2000, beaucoup n’y ont pas cru, seuls une poignée se sont lancés, ont quitté leurs boulots d’esclave, créé des fermes – startups qui sont aujourd’hui devenue multi-milliardaire, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

Fait remarquable, depuis le bullrun 2017, les intérêts ont grandi et notamment les méga structures ont enfin pu lever le masque, comme Circle, Bakkt, Pantera Capital, etc …

Nous arrivons au dur du sujet, comme vous l’aurez constaté, au cours de l’été 2018, une énorme phase d’accumulation a vue le jour sur les niveaux des 6000 dollars USD.

Dans ce laps de temps, depuis début 2018, les échanges OTC (over the counter) ont explosé.

Le volume journalier atteint ainsi régulièrement deux à trois fois les échangeurs traditionnels (Coinbase, Binance, Kraken, Bittrex). Ces transactions de millionnaires se font de gré à gré, sans influer d’un centime sur le cours de la crypto-monnaie à l’instant T.

A qui profite le crime ?

Ces institutions créés de toutes pièces par des géants tels que Goldman Sachs (Circle) ont réussi lors du bear market avec un investissement initial de 500 millions de $ à dégager des dizaines de milliards de profits !

Quel est leur jeu favori ? Acheter un actif, et le shorter à la mort, pour pouvoir racheter tout ce joyeux petit monde le moins cher possible.

Vous allez me dire, oui mais pourquoi une personne va acheter à 6000 et tuer sa poule en la tombant à 3000 ?

Ils se “hedge“.

Cette façon de faire, ils l’utilisent depuis la nuit des temps en bourse traditionnelle : se “hedger” ou se “couvrir” en français.

En gros vous ouvrez deux positions, une à l’achat, une à la vente, et vous coupez court celle qui part dans la mauvaise direction. Cela peut-être bien plus vicieux que ça dans les faits.

Comment procèdent t-ils ?

C’est un jeu bien rôdé, ils savent qu’ils ont la main, achètent un premier énorme lot à 6000$, short levier jusqu’à 3000$, continuent de racheter vos positions pendant la descente, et une fois assez de monnaies en leur possession ils feront absolument ce qu’ils veulent : 1) de la liquidité 2) du prix.

Ont-ils perdu leurs bitcoins lors de la descente ? NON ! Bien au contraire ils ont accumulé encore plus, pendant que nous autres pauvres petits planctons particuliers, on a panic sell notre bag à la moindre petite secousse.

L’espoir au bout du tunnel ? Oui, probablement, ça prendra du temps, nous ramasserons comme toujours les miettes mais …

Ne vous y trompez pas, le prochain bullrun sera pharaonique, pas parce que le bitcoin aura été adopté par la moitié de la planète non. Mais parce que les baleines savent y faire avec les centaines de milliards, tout simplement.

En sous-jacent, une guerre de territoire à éclatée, entre whales de la première heure, les vrais de vrais, les holders de la mort, ceux qui sont déjà archi multi millionaires, des g33ks qui croient dur comme fer au projet qui ne veulent pas laisser leur “bébé” leur échapper.

Nous devrions donc voir apparaître d’autres écarts, avant stabilisation, piratage d’exchanges, attaques 51%, fork désastreux d’égo comme BCH.

Plus que jamais, investissez prudemment, soyez là quand il faudra, pas de rêves de voiture de sport ou maison à Hollywood prématurés.

Il se passe assurément quelque chose de gros en coulisses et dans les années à venir ce sera surement la chance d’une vie d’accéder à cette révolution numérique, posséder et gérer son propre argent, sans banque.

Je ne peux que vous conseiller de lire également l’excellent article medium traitant plus en profondeur du sujet ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *